Manoir de la Salvanie vu de la rue

Le Torchis sur Claies

Quentin Burgard

Gumond, Corrèze (19)

    Ces techniques de constructions, que sont les torchis, alliant fibres et terre crue remontent à des temps immémoriaux, combinant simplicité de mise en œuvre et matières premières peu voire pas transformées.


On trouve en fonction des régions et de la répartition des différentes terres, plusieurs procédés constructifs regroupés sous le nom de torchis.

Le présent article se penche tout particulièrement sur le torchis dit "sur claie".



    Ce torchis tout comme ses homonymes relève d'une technique dite de remplissage, c'est à dire qu'ils n'assurent pas par eux même la reprise des charges, autrement dit, ils ne sont pas "porteurs".


Pour assurer cette fonction, tout comme pour servir de "cadre" au remplissage, ces

techniques s'appuient sur une ossature bois, souvent rebaptisée colombage une fois l'ouvrage terminé.


Les montants d'ossature rainurés en face intérieur du mur permettent l'insertion des éclisses ou claies sur lesquelles sera dresser le torchis.


Le torchis est constitué de poignées de paille longue, ou plus traditionnellement de foins, enrobées d'une barbotine de terre argileuse. Cet ensemble long et torsadé se nomme une torche. Ce sont ces torches qui seront enroulées une à une sur les claies jusqu'au rebouchage complet des "panneaux".


Régulièrement, une torche est enroulé en 8 autour de l'éclisse supérieure durant le remplissage d'un rang afin d'assurer la solidarité de l'ensemble.


Ce rendu grossier est ensuite garni d'un mélange terre paille se rapprochant le plus possible de la composition et de la consistance des torches, afin d'en rectifier la planéité.


Un enduit peut également être dressé sur ces surfaces, traditionnellement terre ou chaux (voir terre/chaux) en extérieur, et terre en intérieur.


Une fois sec, les bois sont brossés à la brosse métallique (et surtout pas épongés à frais pour ne pas étaler l'argile); propres, ils laissent apparaitre un magnifique remplissage entre ossature, le "colombage".



    Cette technique à la longévité séculaire est la technique traditionnelle de nombreuses régions de France telle la Bourgogne, le Val de Loire ou encore le Limousin.


Une fois de plus, c'est d'abord et avant tout les matériaux présents qui indiquaient aux bâtisseurs la technique à employer.


Le torchis sur claies se pratique avec des terres argileuses. C'est probablement la technique de torchis nécessitant la plus grande teneur en argile.


Peu couteux en matériaux, il ne faut cependant pas oublier le besoin important de main d’œuvre de ce procédé, notamment en comparaison des "torchis" entre lattis que l'on peut rencontrer en Bretagne ou en Normandie.


    Malgré tout, ces colombages que nous avons tous déjà vu au moins une fois, participent au cachet de nos villes et villages et méritent, à mes yeux, de retrouver leurs parures originelles, afin de retransmettre ce patrimoine.