PORTES OUVERTES REPORTÉES DU 4 AU 20 JUIN : VOIR 

Les matériaux de construction bio-géo-sourcés influencent-ils notre bien-être ?

Cécile P.

Montreuil, Seine-Saint-Denis (93)

Au printemps dernier, alors que la France entamait son premier confinement, je m’attelais à une recherche universitaire croisant architecture, paysage et psychologie de l’environnement. Mon hypothèse était simple : vit-on mieux dans un habitat utilisant des matériaux bio-géo-sourcés ?


Si l’on en croit la recherche scientifique menée ces dernières décennies, l’immersion dans la nature est source de bien-être pour l’Homme. Il convient alors de se poser une question : un habitat utilisant des matériaux naturels permet-il de se sentir plus proche de la nature et, par extension, de se sentir mieux ?


Pour mener cette enquête, j’ai eu recours à plusieurs approches. La recherche documentaire dans un premier temps, notamment dans le domaine de la psychologie environnementale -à ce sujet, les recherches menées par Rachel et Stephan Kaplan, Roger Ulrich, ou récemment le professeur Qing Li au Japon, sont des mines d’informations que je suggère de visiter-. Par la suite, j’ai mené des entretiens avec des acteurs de la construction bio-géo-sourcée (architectes pour la plupart), avec des usagers d’équipements publics ou privés (écoles, bibliothèques, etc.), ainsi qu’avec des habitants de logements bio-géo-sourcés (auto-constructeurs en majorité). Les réseaux sociaux m’ont aidée à faire circuler un questionnaire qualitatif qui a récolté un nombre important de réponses et permis de dégager des grandes tendances et des pistes de réponses.



Résultats


Dans mes résultats apparaissent trois types de confort au sein des constructions utilisant des matériaux naturels : le confort physique (ou physiologique), le confort esthétique, et le confort psychologique. Ils sont présents à des degrés différents dépendamment des matériaux utilisés, de leurs mises en œuvre et des sensibilités de chacun. Combinés tous les trois ensemble, ils mènent à un bien-être optimal au sein du logis.


Ces trois caractéristiques réunies semblent en effet procurer aux usagers de ces bâtiments bio-géo-sourcés un confort optimal, soutenu par un sentiment de nature induit par les matériaux de construction eux-mêmes. Ainsi, comme il peut être régénérant pour notre équilibre physiologique et psychique de se promener en forêt, à la mer, ou à la montagne, il en va de même d’habiter une maison en bois, en terre crue, en pierre sèche, ou encore en chanvre !



Le confort physique


Le confort physique existe grâce aux grandes qualités hygrothermiques et acoustiques des matériaux bio-géo-sourcés. Ici, la qualité de leur mise en œuvre est primordiale, notamment pour la réalisation de parois perspirantes assurant un confort hygrothermique optimal, pour la bonne gestion des ponts thermiques et des réverbérations acoustiques -c’est pourquoi de bonnes connaissances techniques ou un accompagnement par des professionnels de la construction est gage de qualité et de satisfaction-.


Pour la majorité des personnes interrogées, le confort physique ressenti dans les intérieurs mettant en œuvre des matériaux bio-géo-sourcés est supérieur à celui des constructions traditionnelles dans lesquelles ils ont vécu jusqu'alors. Ce confort est dû à l’excellent ressenti thermique -chaleur en hiver, fraîcheur en été- et aux qualités acoustiques des surfaces qui absorbent les sons. En termes d’acoustique, il est fait mention d’atmosphère feutrée, absorbante, sans résonance, en comparaison avec les matériaux conventionnels (béton, parpaings, métal, dérivés du plastique).



Le confort esthétique


Lié à la satisfaction des sens menant au « beau », le confort esthétique est une composante importante du bien-être éprouvé. Même si l’esthétique est communément liée au seul sens de la vue, ce confort peut être également pleinement associé au toucher (belle matière), à l’ouïe (belle musique) ou à l’odorat (belle odeur).


Un point intéressant à évoquer, dans l’analyse des réponses à l’enquête en ligne, est qu'elle a permis de dégager des redondances dans les termes utilisés pour décrire les ressentis au contact des matériaux naturels. Ainsi, la moitié des répondants à mon enquête a fait mention de « douceur » ou de « chaleur » à une ou plusieurs reprises dans leurs réponses. Pour la grande majorité des cas, l’ambiance d’un espace conçu avec des matériaux bio-géo-sourcés est chaleureuse et douce. Cette esthétique est source de confort, plus que dans les maisons conventionnelles dans lesquelles ont habité auparavant les personnes interrogées (toutes étaient en mesure de comparer).


Le confort esthétique dont nous parlons est soutenu par l’évocation de la nature et du naturel dans l’atmosphère du logement. La présence de la nature est ainsi très souvent désignée par les odeurs. Les intérieurs sentent le bois, le chanvre ou même la terre crue (qui est cependant connue pour ne pas avoir d’odeur). Le bois et la terre crue sont d’ailleurs très présents visuellement dans les intérieurs concernés par mon enquête. Ce sont les deux matériaux qui reviennent le plus dans les descriptions, étant qualifiés comme les plus « sensibles » par les enquêtés.


Outre les odeurs et les couleurs naturelles, il est également fait mention du « vivant » dans les descriptions des sensations et en comparaison avec les logements conventionnels. Cet attribut de vie se révèle dans les textures plus « organiques », dans les variations de couleurs, dans l’aspect « vrai », ou dans le craquement des matières.


En conclusion, l’esthétique prônée par les participants à cette enquête est sans aucun doute celle de la nature. Elle se traduit par des tons naturels, doux et chaleureux, par des formes non rigides, par des variations de lumières et des textures organiques, et par des craquements spontanés. Si cette esthétique est valorisée ici, cela s’explique en grande partie par le fait que la majorité des personnes interrogées se sont déclarées très proches de la nature en général. On ne saurait donc faire de généralité.



Le confort psychologique


L’habitat est très représentatif de la manière de percevoir le monde et d’être au monde, d’autant plus quand il a été auto-dessiné ou auto-construit. Ainsi, le troisième type de confort qui apparaît dans mon étude, que j’ai appelé « confort psychologique », passe par l’idée et la confiance que l’habitant peut avoir envers son logement et par son appropriation, facilitée par l’auto-construction.


C’est là un élément important qui est ressorti de l’analyse des réponses au questionnaire. La participation à la construction, ou l’auto-construction complète, est gage de bien-être pour les habitants. Comme la satisfaction d’habiter un lieu conforme à leur idées, décrit comme une sensation d’ « osmose » avec son habitat.


Les personnes qui ont construit ou conçu leur logement, ou celles qui ont vu le chantier se dérouler, ont une connaissance physique des matériaux qui le constituent. Elles semblent en somme avoir confiance dans l’aspect « naturel » et « sain » de leur environnement, et donc s’y sentir bien. Et pour cause ! En matière de ressenti dans les constructions bio-géo-sourcées, l’expérience du chantier semble déterminante. C’est le moment où l’on peut expérimenter concrètement les matériaux, via leurs odeurs et leurs touchers, et les voir composer les murs de son futur environnement.


Il convient de noter qu’un intérieur utilisant des matériaux naturels ne sera pas toujours d’aspect très différent d’un intérieur plus conventionnel, du moins pas au premier coup d’œil. La paille qui compose les murs ne se perçoit pas, le bois de structure n’est pas toujours apparent. Ce sont les finitions qui sont alors déterminantes. Une grande partie du confort s'explique donc par la dimension psychologique de ce que l’habitant connaît et imagine, par l’image qu’il se fait de son propre logis.

C’est pourquoi le confort psychologique paraît lui aussi primordial et semble être en définitive ce qui crée l’expérience de nature et le bien-être qui en résulte.



Conclusion


En conclusion, les différents témoignages recueillis ont mis en exergue le ressenti d’un confort particulier et d’un haut niveau de bien-être dans les intérieurs constitués majoritairement de matériaux naturels. L’évocation de la nature est bien présente dans les descriptions sensibles des enquêtés, notamment dans la description des couleurs, des textures et des odeurs.


Mon questionnaire comportait d'ailleurs une question directe à ce sujet : « Depuis chez vous, avez-vous une sensation de nature ? ». 99% des personnes interrogées ont répondu par l’affirmative, cette sensation provenant à la fois de l’intérieur et de l’extérieur du logement.


Si la quasi-totalité des répondants ont un sentiment de nature depuis chez eux, ils déclarent aussi majoritairement bénéficier d’un bien-être optimal. Ils ont déclaré ressentir un très haut niveau de bien-être, avec une moyenne de 4,7/5, manifestement supérieure à la moyenne des français (3,3/5).


Ce qui a pu être mis en évidence dans cette étude est que la vue sur des matériaux bio-géo-sourcés et la perception d’une odeur intérieure de nature influent sur le niveau de bien-être, plus élevé encore quand ces deux critères sont réunis. Cela corrobore les études réalisées en matière de restauration psychologique liée aux expériences de nature : la simulation de plusieurs sens provoquent l’expérience et la régénération.


En définitive, mon étude démontre que l’expérience de nature peut être également vécue à l’intérieur d’un bâtiment mettant en œuvre des matériaux naturels, bio-sourcés ou géo-sourcés, proches des formes et couleurs rencontrées dans les milieux naturels. Ceci constitue une piste très prometteuse quand à la fabrication des villes et environnements durables de demain ! Outre les avantages énergétiques, leur utilisation plus systématique permettrait la constitution d’espaces plus qualitatifs et plus sensibles, mettant l’homme et ces sensations au cœur des préoccupations, amenant in fine à une meilleur qualité de vie.



Pour approfondir


- la publication scientifique intitulée "Matériaux bio-géo-sourcés et expérience de nature, une approche sensible" (13 pages) :

https://drive.google.com/open?id=10sLgq7aPgd-oLr_54nKFk4F9tdXsBJzg


- le mémoire dans son intégralité (100 pages) :

https://issuu.com/cecilepelissier/docs/mat_riaux_naturels_et_exp_riences_sensibles_m_moir


Autrice : Cécile Pélissier

https://www.linkedin.com/in/cecilepelissier/