Enduit sur paille et isolation - aménagement combles
S'abonnerContacter l'hôte

Echanger avec l'hôte

Tu es nouveau / nouvelle sur Twiza ?
Regarde comment être bénévole sur les chantiers proposés
Envoyer un message Teléphone : Réservé aux adhérents
Les organisateurs sont très sollicités, as-tu bien lu l'annonce avant de le contacter ?
M'engager sur ce chantier
Un engagement est considéré comme ferme ; l’organisateur compte sur toi.
Avez-vous validé les dates ensemble ?

M'engager sur ce chantier

Votre demande de participation a bien été envoyée ! Vous recevrez la réponse de l'organisateur par mail.

Du *  au * 
En cliquant sur "Je m'engage sur ce chantier", j’accepte la charte des chantiers participatifs

Actualités (24)

Arnaud B. sur son chantier Enduit sur paille et isolation -...

Adh

Le chantier d'isolation des combles se poursuit tous les jours du 26 décembre au 03 janvier (sauf 31/01).
Vous pouvez venir à la journée ou sur plusieurs jours (gîte et couvert assuré).
Il s'agit de la dernière étape pour l'isolation mais tous les postes sont à réaliser (ossature bois,...
Afficher la suite Le chantier d'isolation des combles se poursuit tous les jours du 26 décembre au 03 janvier (sauf 31/01).
Vous pouvez venir à la journée ou sur plusieurs jours (gîte et couvert assuré).
Il s'agit de la dernière étape pour l'isolation mais tous les postes sont à réaliser (ossature bois, 1ère et 2ème couches d'isolant et pare vapeur, le tout avec présence d'un velux).
à bientôt et bonnes fêtes

Arnaud B. sur son chantier Enduit sur paille et isolation -...

Adh

Vérification de la lame d’air lors de la mise en place de la 1ère épaisseur.
Mise en place de la deuxième épaisseur de laine de bois (10 cm) à la verticale pour couvrir les joints des 1ères plaques horizontales (épaisseur 20cm).
Les plaques sont positionnées pour assurer une légère...
Afficher la suite Vérification de la lame d’air lors de la mise en place de la 1ère épaisseur.
Mise en place de la deuxième épaisseur de laine de bois (10 cm) à la verticale pour couvrir les joints des 1ères plaques horizontales (épaisseur 20cm).
Les plaques sont positionnées pour assurer une légère compression les unes contre les autres. Les quelques espaces qui peuvent persister sont comblés sur toute l’épaisseur avec des chutes de laine de bois.
Ensuite vient le pare vapeur
Merci Yohan, Rita, Axelle et Etienne pour votre aide et vos idées !

Toutes ces opérations seront répétées tous les weekend sur les 2 pans nord ainsi que sur les 2 pans du centre où quelques adaptations seront nécessaires pour intégrer les velux et le conduit du poêle.

Les inscriptions restent ouvertes les samedi et/ou dimanche d'octobre et novembre.

A bientôt

Arnaud B. sur son chantier Enduit sur paille et isolation -...

Adh

Le chantier isolation se poursuivra tous les we (samedi et/ou dimanche), au moins jusqu’en octobre, n’hésitez pas à me contacter, même si vous n’avez pas d’expérience, car le but c’est aussi de se faire la main.

Les deux premiers we d’isolation des combles ont permis de caler la...
Afficher la suite Le chantier isolation se poursuivra tous les we (samedi et/ou dimanche), au moins jusqu’en octobre, n’hésitez pas à me contacter, même si vous n’avez pas d’expérience, car le but c’est aussi de se faire la main.

Les deux premiers we d’isolation des combles ont permis de caler la méthode, merci à Chloë, Laurent, Mathieu, et Nathalie pour votre aide et vos idées !!!

Contexte d’isolation des rampants en l’absence de pare pluie (fréquent dans les toitures anciennes) et présentation de la méthode :

méthode classique : la laine de verre est généralement plébiscitée pour son très bon coefficient d’isolation au tarif le plus bas. En théorie des pièces de bois doivent être positionnées le long des chevrons pour maintenir une lame d’air afin d’évacuer le maximum de chaleur avant de s’y opposer via l’isolant. Dans les faits, la 1ère épaisseur de laine de verre est directement posée entre les chevrons et se retrouve donc collée sur les liteaux. C’est certain cela va beaucoup plus vite, mais on se prive d’une 1ère stratégie contre la chaleur et c’est sans doute la plus efficace, car le plus sûr moyen de gagner un combat, c’est encore de l’éviter !
L’autre erreur, c’est le choix de cet isolant car s’il est aussi léger et facile à manipuler, il possède une capacité thermique trop faible pour éviter les surchauffes estivales, sans parler de sa faible tenue mécanique qui le fait se déliter en quelques années (démonter son parement intérieur pour renouveler sa laine de verre amène à relativiser son faible coût initial) et pour enfoncer le clou, sa capacité d’isolation décroit considérablement s’il est mouillé, ce qui arrivera forcément avec la neige et la pluie soufflée par le vent, d’autant que l’absence de ventilation ne permettra pas le séchage et là c’est les moisissures qui font leur apparition (à ben non, le clou n’était pas encore tout à fait enfoncé !).
Résultat : un prix, une facilité et une rapidité de mise en œuvre défiant toute concurrence, mais qui ne servent à rien puisque les combles seront rapidement mal isolées en hiver et particulièrement inconfortables en été.

Méthode alternative : la laine de bois a été choisie pour sa résilience à une légère humidité et pour sa densité, donc une capacité à déphaser la chaleur (capacité thermique) et une très bonne tenue mécanique. Associée à une lame d’air de 8 cm d’épaisseur (toute l’épaisseur des chevrons + chatières en toiture), elle séchera d’autant mieux et la chaleur accumulée pendant la journée sera plus facilement relarguée lors de l’inversion de température nocturne. Petit plus et pas des moindres : composée de bois, elle permet de stocker du carbone.
En complément, de la laine de mouton est utilisée exceptionnellement entre chevrons, uniquement au-dessus des murs pignons et de refends, afin de les isoler sans risque lié à l’humidité, puisque cet isolant peut accumuler jusqu’à 30% de sa masse en humidité sans dommage.
Résultat : plus chère et plus contraignante… cette méthode a tout de même l’avantage primordial d’atteindre l’objectif des travaux !!!

Mise en œuvre détaillée:
Comme pour les traditionnelles suspentes métalliques, 4 chandelles en bois sont positionnées aux 4 angles du rampant (en tenant compte de la position finale du parement), puis reliées en diagonale par un cordeau. Au point de croisement, les 2 cordeaux doivent se frôler, sinon il faut décaler la(les) chandelle(s) correspondante(s).
Les chandelles verticales sont ensuite reliées entre elles par un cordeau pour positionner les chandelles latérales intermédiaires avec un entraxe maximum de 60 cm. Les chandelles doivent être positionnées pour maintenir les plaques d’isolant qui seront transpercées, mais aussi pour l’ossature du placo, ce qui a nécessité la création d’un gabarit pour placer la ligne horizontale correspondante précisément au raccord (4 cm !) des 2 plaques de plâtre à 250 cm du mur.
Puis chaque chandelle latérale est reliée à celle d’en face pour positionner les chandelles intermédiaires horizontales. Normalement un entraxe maximum de 130 cm est suffisant, mais l’espace entre les chevrons ne correspond pas forcement et surtout il est nécessaire d’avoir au moins 2 chandelles par plaque d’isolant (120 cm) pour la maintenir, donc une chandelle est fixée sur chaque chevron (ici entraxe de 45-50 cm environ).
Vient ensuite la mise en place de la première épaisseur de laine de bois (20 cm) à l’horizontale. Le plus compliqué reste le passage des poutres (pannes) qui empiètent sur l’épaisseur de l’isolant, obligeant à faire quelques découpes qui seront néanmoins recyclées sur l’angle opposé. Il faut également veiller à ce que ces petites pièces complémentaires ne se décalent pas dans l’épaisseur des chevrons, lors de la mise en place des plaque suivantes, car ce volume est dédié à la lame d’air de ventilation.

La suite dans la prochaine actu…
Suppression d'un message
Souhaitez-vous vraiment supprimer ce message ?

Description

Bonjour à toutes et tous,

Nous avons démarré la rénovation complète d'une maison il y a un peu plus de 2 ans, notamment grâce à plusieurs chantiers participatifs.

Après le gros de la rénovation et l'isolation en paille par l'extérieur (techniques mixtes GREB et CST), il nous reste maintenant à réaliser les enduits et à aménager les combles (y compris isolation performante) .

Cette démarche est autant pour nous l'occasion de profiter de votre énergie que de vous offrir la possibilité de vous familiariser avec la construction paille et de partager les infos que nous avons pu recueillir tout au long de notre projet. Pas de stress donc, les journées seront propices à la discussion et aux échanges.

Le chantier se déroulera en plusieurs phases, calées au fur et à mesure en fonction des participants, mais voici les 3 grands types de chantiers et leurs périodes :

1) jusqu'au 26 mai, préparation avant enduits : boucher les trous entre les bottes avec de la paille, couper les ficelles des bottes pour qu'elles s'expansent, dresser les murs en paille (rasage) à l'aide d'un taille haie, mise en place des bâches de protection.
Travail sur échafaudage stable confortable et muni de gardes corps.
1 ou 2 personnes.

2) à partir 27 mai, 03 et 10 juin enduits chaux/sable projetés sur les murs en paille extérieur accompagné d'un professionnel. L'idéal pour découvrir cette technique et qui permet de réaliser ses enduits beaucoup plus rapidement qu'à la main.
Les enduits seront projetés à la machine en 3 à 4 jours, séparés chacun de plusieurs semaines pour laisser à l'enduit le temps de sécher.
Les postes seront les suivants :
- Approvisionnement du sable, de la chaux et de l'eau dans la cuve. Travail physique.
- Projection de l'enduit sur les façades à l'aide d'une lance. Travail physique et en hauteur (sur échafaudage stable, confortable avec gardes corps).
- Mise en place de la toile de renfort dans la première couche.
Bien sûr chacun pourra tourner sur les postes s'il le souhaite.
Besoins : 2, idéalement 3 à 4 personnes pour ménager plus de pauses.

3) à partir du 13 juin, jusqu'à ??? , uniquement les weekend et les ponts : Isolation des combles par l'intérieur :
Notre objectif est de conserver la chaleur mais aussi d'éviter qu'elle ne s’accumule en été ! Nous conservons donc l’espace entre les chevrons, traditionnellement utilisé pour l'isolant, pour assurer une bonne ventilation de la toiture, ce qui optimisera grandement l'isolation.
30 cm de laine de bois seront positionnés en 2 couches croisées sur une structure bois à réaliser, puis viendra le pare vapeur et les contres liteaux avant le parement.
Chacune de ces étapes seront réalisées à la suite, mais renouvelées pour chaque partie des combles : 2 pans de toiture et 2 murs de refend, soit 6 fois en tout. Cela permettra à plus de monde de participer à toute les étapes et sur de petites interventions (enfin si le chantier vous motive !). Ensuite viendront la pose des plaques de plâtre, les enduits plâtre encadrés par un pro la première journée et la mise en place d'un parquet flottant sur dalles OSB et lambourdes.
Besoins : 1, voir 2 ou 3 personnes dans le cas où l'on ferait 2 zones en même temps.

Et voilà ! j'espère que ces chantiers vous intéressent, n'hésitez pas à m'appeler directement pour plus de précisions.

à bientôt

Arnaud
[Lire la suite][Réduire]

Photos (88)

Témoignages

Professionnels (1)

Liste des professionnels engagés dans ce projet

APPROCHE-Paille

Formation et accompagnement

Orléans (45)
info@approchepaille.fr
09 80 32 83 23