#NOUVEAU => découvre le groupement d'achat et d'entraide

 

La maison en roseaux

1/ Histoire :

Le roseaux fait partie des fibres mondialement utilisées dans la construction. Il est utilisé en France depuis des siècles pour la réalisation des toitures en chaume notamment dans les régions de Bretagne et Normandie.

 

2/ Procédé technique :

Les roseaux peuvent être broyés afin de remplir des caissons. Ils permettent d’apporter une bonne isolation dans les murs. Les roseaux peuvent également être utilisés faire le bardage extérieur et l’isolation en même temps. C’est une technique inspirée des pays bas et de la Suède où il est de tradition d’utiliser cette ressource pour le bardage à la verticale pour les murs et pas uniquement pour les toits comme c’était le cas en France.

 

Ce système constructif répond à la problématique de l’importation de la chaume dans les rénovations de chaumières actuelles. La matière première venant aujourd’hui souvent d’Europe de l’Est et de Chine alors qu’il existe toujours aujourd’hui des possibilités de réactiver la filière roseaux en France. Notamment dans le golf du Morbihan.

 

3/ Le projet :

Le roseau est utilisé dans ce projet comme isolant en vrac dans des caissons en bois, et comme bardage extérieur, véritable complément d’isolation. Cette habitation a été pensée avec l’intention de rendre ce matériau compatible avec une architecture contemporaine. Cet élément naturel, provenant des marais du Golfe du Morbihan, a un très faible impact environnemental et sa résistance
à l’humidité lui permet d’être utilisé en façade, sans traitement.

 

a/ Vue d'ensemble

Matériaux : Roseaux, ciment, bois, mousse verte

Technique : Chaume

Livraison : 2019

Durée chantier : 9 mois

Surface habitable : 110 m2

Coût travaux : 210 000 euros

 

maison-roseaux-ada-twiza-Axo10

 

b/ Caractéristiques de la bauge coffrée :

maison-roseaux-ada-twiza-Axo9

 

c/ Coupe transversale nord-sud du projet en bauge

30.Roseau-Coupe-Legende

 

 

4/ Le chantier :

01. Les fondations en béton de ciment et féraillage « conventionnelles » sont fréquemment utilisées car elles sont considérées (souvent à tort) comme plus simples et fiables pour la mise en oeuvre.

Isolation de la dalle réalisée avec du technopor. Ce granulat en mousse de verre est un très bon isolant. Il est considéré comme écologique puisqu’il est constitué à partir de verre recyclé. Il a l’avantage d’être drainant et imputrescible.

 

 

05-Maison-Roseau-Twiza-01

 

 

02. Préfabrication de caissons en bois, remplissage roseaux en vrac dans l’atelier Echopaille.

Les caissons de bois sont remplis avec du roseau en vrac ce qui permet d’avoir une bonne isolation. Le roseau pousse en France (Golfe du Morbihan ou Camargue) et son empreinte environnementale est très faible.

 

05-Maison-Roseau-Twiza-02

 

 

03. Les caissons sont ensuite acheminés sur le terrain par l’entreprise Echopaille.

Après le travail en atelier (pré-fabrication des éléments), le levage des murs devient alors très rapide.

 

05-Maison-Roseau-Twiza-03

 

 

04. Test d’insufflation pour mesurer l’étanchéité à l’air et certification réglementaire du projet.

L’étanchéité à l’air est un critère pour respecter la réglementation thermique (RT 2012) des constructions neuves.

 

05-Maison-Roseau-Twiza-04

 

 

05. Finition extérieure mixte entre bardage bois et roseaux en façade.

Le roseau est utilisé ici à la verticale pour la protection et l’isolation par l’extérieur des murs. Résistant à l’eau, ce matériau a une très longue durée de vie en extérieur.

 

05-Maison-Roseau-Twiza-05

 

 

06. Pose de la finition extérieure par une équipe de chaumiers de la région.

Naturel et local, ce roseau a poussé dans le Golfe du Morbihan. Il permet de valoriser les savoir faire des artisans et de créer une architecture à la fois contemporaine et territorialisée.

 

05-Maison-Roseau-Twiza-06

 

 

 

5/ Impact écologique :

 

Fin de vie :

 

 

Transport :

 

 

Mise en oeuvre :

 

 

Transformation :

 

 

6/ Commentaires :

 

 

 

 

Cette étude a été réalisée par Mathis Rager, Emmanuel Stern et Raphaël Walter du collectif Anatomie d'architecture dans le cadre du projet du Tour de France des maisons écologiques.