La Géonef (ou Earthship)

Une maison Géonef ou Earthship

Histoire

C’est aux Etats-Unis en 1972 que l’architecte Mickael Reynolds construit son premier Earthship dont le Géonef est très largement inspiré. A l’origine l’idée est de concevoir un bâtiment fabriqué à partir de matériaux de réemploi et dont le dessin permettait de se passer de chauffage ou de climatisation. Plus largement c’est dans une démarche d’autonomie totale que s’inscrive les Géonefs.

Procédé technique

Un géonef est composé de deux parties, la façade Sud et la Façade Nord. La Sud est une baie vitrée servant de serre. La Nord quand à elle doit être encaissée et constituée de pneu rempli de terre.

Le Projet

Ce projet est situé en face du plateau calcaire de la Vallée du Célé dans le Lot. Il a été réalisé par Cécile et Martin, les futurs habitants, accompagnés de Mathieu Guyomard, spécialisé dans ce type d’habitat.


Cette maison, véritable vaisseau terrestre, à la manière d’une machine à habiter, se pose dans un site orienté plein sud, s’enterre pour profiter de la masse thermique de la croûte terrestre et vit en autosuffisance sans raccordement aux réseaux.

Conçu comme un habitat en symbiose avec son environnement, il développe une forte capacité de réemploi de matériaux usagés afin d’apporter des réponses aux problématique de recyclage.

Vue d’ensemble

  • Matériaux : Pneus, bois, terre, ciment
  • Technique : Earthship
  • Livraison : 2019
  • Durée chantier : 24 mois avec 300 personnes
  • Surface habitable : 125 m2
  • Coût travaux : 75 000 euros
Dessin d'une vue d'ensemble du projet Earthship

Caractéristiques

Dessin illustrant certaines caractéristiques de construction d'un Earthship

Coupe transversale

Dessin d'une coupe transversale du projet de maison Geonef

Le Chantier

1.La terre du site est compactée dans des pneus pour créer les murs de soutènement

La terre utilisée ne nécessite pas de transport, pas de transformation, et les pneus utilisés sont du réemploi de déchets.

Création des murs de soutènement, la terre du site est compactée dans des pneus

2.Cette phase du chantier compte de nombreux bénévoles pour mettre en oeuvre plus de 800 pneus

Ce système constructif est adapté pour l’auto-construction si l’on a la possibilité d’accueillir des bénévoles dans le cadre de chantiers participatifs.

Un chantier participatif est organisé dans le cadre du projet pour la phase de mise en oeuvre des 800 pneus

3.Après l’étape des pneus, les futures habitants montent la charpente en bois, accompagnés de l’expert en géonefs, Mathieu Guyomard

Montage de la charpente en bois par les futurs habitants accompagnés par l'expert en géonefs Mathieu Guyomard

4.La préfabrication des poutres a permis une importante économie sur les coûts du projet

Cependant elles ont été quelque peu sur-dimensionnées pour ce projet.

Souvent, par précaution les autoconstructeurs sur-dimensionnent les sections d’éléments de structure…

Photo des poutres de la géonef en chantier, qui ont été pré-fabriquées

5.La casquette permet d’empêcher le soleil de rentrer à travers les baies vitrées en été et à l’inverse de le laisser entrer l’hiver

A terme, les panneaux solaires photovoltaïques seront accrochés sur cette casquette parfaitement orientée.

Fabrication de la casquette pour empêcher le soleil d'entrer à travers les baies vitrées l'été et à l'inverse de le laisser entrer l'hiver

6.Cette construction est entièrement pensée pour profiter au maximum de l’énergie solaire grâce à une grande surface de baies vitrées au sud et le stockage de calories dans le mur de soutènement côté nord

Les pneus sont recouverts d’un enduit à l’intérieur de la maison.

Cette étude a été réalisée par Mathis Rager, Emmanuel Stern et Raphaël Walter du collectif Anatomie d’architecture dans le cadre du projet du Tour de France des maisons écologiques.